Tourmente sur l’Électronique Grand Public Japonais

  • ACTUALITÉS
  • TECHNOLOGIE
  • Le Japon a été synonyme d’innovations technologiques durant de nombreux années, étant le pionnier de l’électronique grand public. L’industrie de l’électronique japonaise en elle même est une inspiration pour de nombreux pays, leur permettant de se concentrer sur leur développement technologique. Cependant, cette industrie est récemment en train de lutter pour maintenir son impression. Dans le passé, seuls les produits électroniques japonais étaient en compétition avec d’autres produits électroniques japonais de différentes marques.
    Mais depuis peu, ce secteur a connu une forte baisse au Japon en raison de la nouvelle concurrence, de l’ignorance de la révolution numérique ainsi que du piètre modèle commercial à l’international.

    Montée de Nouveaux Concurrents Internationaux

    Dans un article publié dans Nikkei Asian Review, le bénéfice d’exploitation annuel entre Samsung et les géants de l’électronique du Japon est comparé. Samsung a dégagé un bénéfice d’exploitation de 36,1 milliards de dollars, alors que le bénéfice d’exploitation combiné des plus grandes entreprises électroniques japonaises s’élevait à 19,3 milliards de dollars. À l’heure actuelle, Samsung Electronics bat à lui seul toutes les sociétés japonaises du secteur de l’électronique en ce qui concerne les ventes et les bénéfices. La concurrence de pays comme Taiwan et la Chine alourdit encore plus la balance du côté japonais, qui est déjà plus ou moins déchiré par le géant de l’électronique sud-coréen.


    unsplash-logoInactive.

    Dans les années 1970, la Corée du Sud exportait de grandes quantités de composants tandis que le Japon fabriquait et exportait des produits finis. Les choses changent maintenant. Bien que le Japon fabrique des gadgets destinés aux consommateurs, son marché est limité à lui-même. La situation empire et Les entreprises japonaises envisagent de vendre leurs unités peu performantes. NEC a vendu son entreprise d’écrans LCD à une société chinoise AVIC et s’est associé à Lenovo. En 2011, Toshiba a externalisé la production de CPU à Samsung.

    unsplash-logoNathan Dumlao

    Ignorance Japonaise du Logiciel et de la Révolution Numérique

    Pourquoi les concurrents reprennent-ils l’activité japonaise ? C’est principalement à cause de l’échec de l’adaptation de la société japonaise à la révolution numérique. Par exemple, Samsung a intégré la révolution logicielle et numérique à son produit, alors que les Japonais restaient dans l’ignorance ou avaient du mal à percevoir les changements que cette révolution allait apporter à l’expérience utilisateur. Selon les spécialistes, les produits électroniques japonais dépendent fortement de composants mécaniques. Le Walkman par exemple a redéfini et révolutionné le sens de la musique personnelle, mais ne possédait pas de couche logicielle. Il était entièrement mécanique. Il en a été de même pour le réfrigérateur, la machine à laver ou encore la télévision.


    unsplash-logoOleg Sergeichik

    L’électronique japonaise n’a pas réussi à ajouter plusieurs fonctions numériques dans un seul composant en raison de l’incapacité à profiter de la vague logicielle. La modularisation s’est avérée bénéfique pour les Coréens et les Chinois, car elle permettait la production en série d’éléments et profitait aux pays ayant un coût de main-d’œuvre bon marché. Les produits électroniques japonais ont donc subi une perte énorme, car ils ont tendance à être plus chers que ceux de pays où le coût de la main-d’œuvre est peu onéreux.


    unsplash-logoMarkus Spiske

    Échec dans l’Exploration de Nouveaux Marchés

    Samsung et d’autres concurrents ont fabriqué des produits destinés aux consommateurs du marché des pays en développement. Le modèle commercial électronique japonais n’a pas réussi à créer un marché inclusif pour les consommateurs potentiels des pays du tiers monde. Au contraire, leurs concurrents explorent de nouveaux marchés et lancent des produits plus abordables pour ces personnes. Par exemple, le marché indien des smartphones est dominé par Samsung et d’autres marques chinoises telles que Vivo, Oppo, Lenovo et Xiaomi. Toutes ces entreprises ont bien fait de ne pas ignorer la population à revenu intermédiaire de ces pays en développement. Les entreprises japonaises, elles, ne pouvaient pas répondre à cette clientèle. Leurs produits proposés étaient tout simplement hors budget pour ce secteur à faible revenu.


    unsplash-logoKatie Harp – Pinterest Manager

    Conclusion

    Il serait faux de dire que les entreprises japonaises d’électronique manquent d’innovation. Les toilettes sophistiquées démontrent leurs compétences innovantes. Cependant, il n’est pas faux de dire que les grandes entreprises japonaises vont dès lors élargir leur gamme de produits électroniques grand public aux énormes machines destinées aux infrastructures et au développement, tels que les trains, les turbines, les moteurs, etc.
    La concurrence sur un marché comptant un grand nombre d’acteurs est inévitable. Voyons alors quelle sera la performance des entreprises japonaises du secteur de l’électronique grand public dans le futur.

    byBake Chinese electronics competition Consumer Electronics innovation Japan market failure samsung Sony Walkman