Pourquoi Vous ne Devriez pas Escalader le Mont Fuji Hors Saison

  • SHIZUOKA
  • SPOT
  • VOYAGE
  • YAMANASHI
  • Plus de 250 000 personnes font l’ascension du célèbre mont Fuji chaque année durant la courte période juillet / août de haute saison. Vous avez probablement entendu les histoires concernant les grimpeurs s’y essayant en masse, coincés en file indienne lors de l’ascension, ainsi que les refuges plein à craquer. Suit à cela, vous avez sans doute décider d’éviter d’escalader le mont pendant la haute saison. Ou encore, vous êtes peut-être simplement de passage au Japon hors saison et vous ne voulez manquer l’occasion pour rien au monde. Cependant, même pour des grimpeurs expérimentés, faire l’ascension du mont Fuji en dehors de la saison préconisée est potentiellement dangereux et de ce fait fortement non recommandé. Nous allons donc voir ici quelques raisons sur le pourquoi de la chose ainsi que répondre à certaines de vos interrogations en ce qui concerne la saison d’escalade.

    1. Les Températures Descendent En-dessous de 0°C

    Même durant les mois de juin et septembre bordant la haute saison, les températures au sommet sont généralement glaciales (en dessous de 0°C). Pour un grimpeur non préparé, ces température peuvent rapidement conduire à une hypothermie. Seuls les mois de juillet et août connaissent des températures positives (ne vous attendez cependant pas à un été thaïlandais).

    2. Les Vents sont d’autant plus Redoutables en Basse Saison

    Les grimpeurs doivent garder en tête que nous parlons ici de la plus haute montagne du Japon, et qui dit augmentation de l’altitude dit détérioration des conditions climatiques. En effet, le vent durant la basse saison souffle en moyenne à plus de 40 kilomètres par heure pour une vitesse aux alentours des 30 kilomètres par heure durant la période juillet / août. La différence ne paraît pas énorme, mais couplée avec de basses températures le ressenti en est tout autre ! Également, une rafale record enregistrée fin septembre à atteint une vitesse de 320 kilomètres par heure, qui pourrait tout simplement vous balayer lors de votre ascension. Mieux vaut donc se cantonner à la saison d’escalade.

    3. Il y a Toujours de la Neige sur le Mont

    Même au début juillet, quelques parcelles de neige restent encore sur la montagne. Ce qui signifie que nous pouvons rencontrer début juin des couches de neige et de glace en train de fondre près du sommet. Sans équipement adéquate tel que des chaussures de randonnées, des bâtons de randonnée ou encore des piolets pour casser certaines couches suspicieuses, vous pourrez facilement dévaler la pente raide de la montagne, et pas dans les meilleures conditions…
    Planifier son ascension fin juin peut sembler une bonne idée pour éviter les problème énoncés ci-dessus, vous rencontrerez néanmoins d’autres problème si vous choisissez le 30 juin à la place du premier juillet.

    4. Tous les Gîtes de Montagne sont Fermés*

    Chaque chemin de randonnée possède plusieurs gîtes de montagne pouvant accueillir de 50 à 300 personnes. Les grimpeurs passent généralement leur nuit dans un gîte près du sommet pour pouvoir admirer le levé du soleil le lendemain matin. Dû à la fermeture de ces derniers en période de basse saison, c’est de nuit que les grimpeurs devront partir pour assister au levé du soleil. Si vous vouliez partir sur cette idée, sachez qu’il n’est pas seulement illégal mais aussi dangereux de camper sur le mont Fuji de nuit, sachant que les rafales peuvent aisément emporter votre tente.

    * Il y a néanmoins un gîte ouvert sur le célèbre chemin Yoshida du premier juin au 30 septembre. Étant cependant placé au début de l’ascension, vous rencontrerez toujours les mêmes problèmes présentés plus loin dans l’article.

    Site web

    5. Les Toilette sont Fermées

    Les toilettes sont fermées hors saison et faire ses besoins sur la montagne sacrée est hautement prohibé. Escalader le mont Fuji peut prendre aux alentours de 10 heures, il serait donc préférable de prendre des toilettes portables pour les grimpeurs de basse saison. Bien que ce genre de toilettes ne soient pas nécessairement lourdes ou difficiles d’utilisations, certains préfèrent sans doute avoir davantage d’intimité pour ces choses là. Ajouté à cela que les grimpeurs se doivent de porter leur déchets (quels qu’ils soient) le long de leur trajet, cela peut rajouter une couche d’inconfort supplémentaire.

    6. Les Stands de Nourriture et de Boisson sont Fermés

    Comme toutes les autres installations de la montagnes, tous les stands proposant boissons et nourritures sont également fermés. Bien qu’il soit recommandé d’apporter autant de nourriture que possible pour son ascension. Avoir la possibilité de réapprovisionner ses stocks est une bonne solution de secours même pour les plus expérimentés. Il est particulièrement important de rester hydraté une fois sur place, puisque le grimpeur est directement exposé aux rayons du soleil et transpirera davantage.

    7. Personne ne Volera à Votre Secours

    L’aspect le plus dangereux pour une ascension hors saison et qu’il n’y a pas de personnel de secours durant votre escalade. Le temps d’attente avant de recevoir une assistance en cas d’urgence pourrait faire la différence entre une hypothermie légère et la mort.

    8. Contemplez le Mont Fuji Depuis Un Autre Mont

    Une des mauvaises blagues que l’on peut faire de l’ascension du mont Fuji en général est que vous ne pourrez pas contempler le mont Fuji depuis le mont Fuji… Il en va en effet de même pour tous les points remarquables. En escaladant cependant l’une des montagnes entourant le mont Fuji, ou en vous relaxant dans un des nombreux luxueux onsen privés d’Hakone par exemple, vous aurez une vue imprenable sur le majestueux mont, sans vous mettre en danger.

    Jetez un coup d’oeil ici pour plus d’informations sur les chambres, les taux et autres aménagements.

    9. Évitez la Foule en Empruntant un Autre Sentier

    Le mont Fuji ne possède non pas un mes cinq chemins de randonnée officiels, pourtant, plus de 60 pourcent des grimpeurs empruntent le sentier bondé Yoshida. En empruntant une autre piste, vous serez quasiment garanti de pouvoir escalader à votre rythme plutôt qu’à celui de la personne devant vous. Les autres chemins ont également d’autres caractéristiques uniques et magnifiques vues que trop peu de personnes expérimentent. Le sable volcanique doux du sentier Gotemba vous permet de parcourir en toute sécurité des parties de ce piste. Une vidéo digne d’Instagram en soi. Ne laissez pas la foule vous effrayer en basse saison, et empruntez un autre sentier !

    10. Vous Reviendrez au Japon !

    Le Japon ne vas pas s’envoler du jour au lendemain, et il en va de même pour le mont Fuji. Bien qu’il s’agisse d’une des choses à faire avant de mourir pour beaucoup, cela ne vaut pas le coup de s’y risquer pendant la période dangereuse de basse saison. La plupart des personnes visitant le Japon apprécient réellement ce pays et se promettent d’y revenir. Profitez en donc pour revenir en juillet / août pour vivre de nouvelles expériences !