Voyagez à Travers l’Histoire de la Publicité Japonaise

  • ART
  • CULTURE
  • HISTORY
  • RECOMMANDÉ
  • TOKYO
  • Uncategorized
  • Les musées ne manquent pas à Tokyo : il y a pratiquement un musée pour chaque goût. Ayant étudié le journalisme et les stratégies de communication, je suis vraiment intéressée par la publicité et son histoire. Ainsi, le “Ad Museum Tokyo” tombait à pic !

    Bien que le musée ne fasse pas parti des plus imposants, il a énormément à offrir. En effet, vous y trouverez une exposition permanente de presque toute l’histoire de la publicité au Japon. L’exposition commence à l’époque d’Edo, qui remonte aux années 1670. Il affiche des flyers originaux qui ont été utilisés comme l’une des premières techniques de publicité au Japon.

    Photo de l’auteur

    Il est incroyable de voir le détail et l’art culturel décrits dans ces premières publicités à travers le Japon. Bien que l’usage de ces moyens de communications faisait ses débuts, il y avait toujours une tonne de couleurs utilisées pour ces flyers.

    Photo de l’auteur

    L’époque suivante est celle de la publicité à l’ère Taisho et au début de Showa, qui commence au début des années 1910. C’est à cette époque que des techniques publicitaires plus modernes ont été adoptées et ont commencé à être utilisées. En parcourant cette exposition, je pouvais vraiment voir la transition consistant à utiliser moins de mots et plus d’images dans la publicité japonaise.

    Photo de l’auteur

    Après cela, l’exposition se consacre à la reconstruction d’après-guerre et au début de l’ère Heisei. C’est ma partie préférée de l’exposition parce que c’est la plus moderne et la plus visuelle. Ici, de nombreuses publicités télévisées créatives sont diffusées en boucle dans une boîte d’affichage.

    D’autres publicités imprimées emblématiques sont exposées, notamment les publicités pour les Jeux olympiques de 1964, Marilyn Monroe et Cup Noodle.

    Photo de l’auteur

    Mais ce musée ne se limite pas à marcher autour de publicités affichées. Il offre en effet plusieurs façons de vous faire interagir avec ses expositions.

    Quelques tables comportent des collections donnant un aperçu plus personnel de certaines pièces de l’exposition. Quelques-unes sont même digitales et affichent ce qui semble être des centaines d’annonces numériques et imprimées du début de l’ère de Heisei. Utilisez simplement votre doigt pour faire défiler et cliquer pour regarder d’innombrables annonces télévisées drôles et bien montées.

    Photo de l’auteur

    Il existe également une partie de l’exposition intitulée «Four Feelings», qui contient des cabines audio et visuelles. Ces stands sont de grandes structures artistiques situées au centre de l’exposition et sont difficiles à manquer. Vous entrez et regardez l’une des annonces numériques diffusées.

    Les publicités numériques de ces cabines ont été spécialement sélectionnées pour toucher les gens en leur laissant une impression durable.

    Photo de l’auteur

    Photo de l’auteur

    Enfin, ce que je préfère dans le musée, c’est qu’au début, vous pouvez vous procurer une carte postale vierge et gratuite et, lorsque vous parcourez l’exposition, vous trouverez des stations de timbres. Chaque tampon est un calque qui complète une image entière. Pour voir la dernière image, vous devez superposer les quatre tampons. En fin de compte, il s’agit d’une des annonces affichées. Si vous avez un bon œil, vous pourrez trouver l’image correspondante quelque part dans l’exposition.

    Photo de l’auteur

    Je suis allé dans une poignée de musées depuis mon arrivée à Tokyo, mais c’est l’un des plus mémorables. C’est un espace convivial et rafraîchissant, qui ne prend pas une journée ni un après-midi car il est plus petit que la plupart des musées. Il est donc facile de l’intégrer à son emploi du temps chargé. Et cerise sur le gâteau, il est gratuit pour le public, donc plus d’excuses !

    Il est ouvert du mardi au samedi de 11h00 à 18h00 dans le Shiodome et se trouve à quelques pas de la gare de Shimbashi. Toutes les informations sur le musée sont disponibles sur leur site internet.