Interview Rapide : un Jeune Vietnamien qui a Réussi l’Examen “Special skills” !

  • ACTUALITÉS
  • TRAVAIL
  • VISA
  • Le statut de résident pour les personnes à Compétences Spéciales (特定技能, tokutei gino) est une bonne opportunité pour tous les étrangers, qu’ils vivent actuellement au Japon ou à l’extérieur du Japon, et souhaitant occuper un emploi stable et s’installer finalement dans un des pays d’Asie les plus développés. Ce statut de résidence n’a été mis en vigueur que depuis avril 2019, mais a déjà subi bon nombre d’améliorations et de nombreux étrangers, en particulier les jeunes étudiants, ont passé l’examen pour la demande du fameux visa afin d’accroître les possibilités de concrétiser leur rêve de Japon.

    Cette fois-ci, nous avons eu l’occasion d’interviewer un jeune Vietnamien qui a réussi l’examen “tokutei gino” pour obtenir le statut de résident à Compétences Spéciales. Il a passé l’examen “Industrie des services alimentaires” à Hakata (ville de Fukuoka) en juin 2019. Poursuivez votre lecture pour en savoir plus sur son expérience.

    Pourquoi Avoir Passé cet Examen ?

    En raison de la confidentialité des informations personnelles, nous ne divulguons pas le vrai nom de la personne que nous avons interrogée, nous l’appellerons A-san (26 ans). Au moment de passer l’examen tokutei gino, A-san était toujours étudiant étranger dans une université à Fukuoka. Il a récemment atteint le plus haut niveau de maîtrise en Japonais et souhaite terminer ses études universitaires plutôt que de les quitter et chercher un emploi.

    A-san a décidé de passer cet examen parce qu’il souhaitait augmenter ses possibilités d’emploi et obtenir un statut de résidence plus stable au Japon après l’obtention de son diplôme. Il souhaitait également comprendre cet examen et se munir d’un certificat supplémentaire (les certificats et diplômes sont des outils importants pour ceux qui souhaitent postuler à un emploi au Japon).

    Méthode d’Inscription et Matériel d’Étude pour l’Examen

    Inscription
    Grâce à sa grande maîtrise du japonais, A-san s’est inscrit à l’examen et a cherché du matériel d’étude sur le site officiel de l’examen tokutei gino pour l’industrie des services alimentaires. Selon le site internet, les prochains tests auront lieu en novembre de cette année et la première session de l’année prochaine, 2020, devrait également avoir lieu à la mi-février.

    Pendant la période de validité de l’inscription à l’examen, vous pouvez accéder au site Web, suivre les étapes pour créer un compte pour l’examen, ainsi que consulter les mises à jour et les dernières nouvelles concernant le calendrier et le lieu de l’examen. Les frais d’examen sont de 7 000 yens (environ 60 euros). Les dates et les lieux des examens seront également envoyés directement sur l’adresse e-mail que vous avez enregistrée. Vous trouverez ci-dessous une capture d’écran du courrier indiquant que vous vous êtes inscrit à l’examen.

    Photo de A-san

    Matériel d’étude
    Sur le site officiel de l’examen du gino tokutei du secteur de l’industrie des services alimentaires, lorsque vous faites défiler l’écran vers le bas, vous trouverez une série de documents d’étude pour l’examen, et il y a même une version vietnamienne !

    Screenshot du site officiel

    Toutefois, veuillez noter que le test sera entièrement en japonais et que la section vietnamienne est destinée aux candidats vietnamiens pour comprendre correctement de quoi il s’agit et pour mémoriser facilement. Seule une version vietnamienne est préparée parce que le gouvernement japonais recherche le plus grand nombre possible d’employés vietnamiens pour le secteur de la restauration.

    A-san n’a étudié qu’à partir de ces documents et a réussi à passer l’examen. Cela lui a pris environ un mois, et il dit que le matériel dispensé couvre tout le contenu de l’examen. Vous n’avez donc nullement besoin de vous inquiéter ni de craindre que cet examen vous cache certaines difficultés.

    Impressions sur l’Examen


    L’examen
    A-san a déclaré: “Peut-être parce que j’étudie le kenkou eiyou (栄養, nutrition et santé) à l’université, je n’ai pas trouvé l’examen très difficile. Je ne me souviens pas exactement, mais les questions correspondaient parfaitement au matériel d’étude mis à disposition sur le site Web officiel.
    L’examen comprend deux parties : questions théoriques et pratiques, en 3 sections : traitement préliminaire, sécurité alimentaire et hospitalité. Il existe quelques questions simples qui vérifient uniquement votre capacité à comprendre le japonais, telles que des questions de calcul avec addition ou soustraction, ou des questions de formule donnée pour calculer par exemple la quantité de savon – très facilement. En ce qui concerne la difficulté du niveau de langue, je pense que ce n’est pas difficile, quiconque a atteint le niveau N3 du JLPT le surmontera facilement.”

    Atmosphère du Site de l’Examen
    Selon A-san, le nombre de Vietnamiens qui passaient l’examen comptait pour la majorité des candidats, mais il y a aussi des candidats d’autres pays, tels que le Népal, la Chine et même les pays occidentaux. Bien que c’était le premier examen, il y a eu très peu d’erreurs techniques et les superviseurs d’examen ont été à l’écoute. En revanche, l’atmosphère semblait plus stricte que celle d’un test de compétence en japonais (JLPT).

    Plus précisément, tous les candidats doivent d’abord présenter leur carte de résidence (qui a été vérifiée très soigneusement). Le superviseur s’est ensuite rendu à chaque bureau pour demander et confirmer que le candidat avait éteint son téléphone portable. La surveillance allait et venait à plusieurs reprises pendant l’examen.

    Une autre impression partagée par A-san est qu’il y avait beaucoup de recruteurs et d’agences de ressources humaines qui attendaient devant le lieu d’examen pour distribuer des brochures et présenter ainsi leur entreprise et leurs offres d’emploi. Au moins 4 ou 5 entreprises ont utilisés cette technique de “head-hunting” le jour de l’examen.

    Les résultats
    A-san a attendu environ un mois pour obtenir ses résultats. Après cela, il y a également certaines entreprises qui vous contactent au lieu de test de placement, mais comme vous étudiez toujours, vous ne souhaitez pas modifier votre visa immédiatement.

    Photo de A-san
    Conclusion

    Comme vous pouvez le constater, l’examen tokutei gino n’est pas aussi difficile que l’examen JLPT N2 ou N3. Et juste en obtenant le certificat JLPT N4 et le certificat tokutei gino, vous serez vraiment un “employé attractif” pour de nombreuses entreprises, car il y a actuellement une pénurie de travailleurs dans toutes les industries du Japon.

    Alors qu’est-ce que vous attendez ? Un avenir radieux vous attend peut-être, à condition d’avoir le courage de franchir la porte de l’examen tokutei gino !