Est-ce que Naomi Osaka a fait le Bon Choix ?

  • ACTUALITÉS
  • CULTURE
  • VIVRE ET TRAVAILLER
  • Toute personne naissant avec une double nationalité (dont une japonaise) fait face a une importante décision à l’arrivée de son 22ème anniversaire: doit-elle choisir la nationalité japonaise, ou bien l’autre nationalité.

    Les lois concernant la citoyenneté peuvent être compliquées, et chaque pays possède son propre lot de règles la concernant. Mexico par exemple, tend à être très ouvert d’esprit sur ce sujet de double nationalité. Sommairement, toute personne né à Mexico et qui, par conséquent, est devenue un citoyen mexicain ne peut être privée de sa nationalité. Il n’y a que quelques actions qui peuvent conduire un Mexicain à la perdre mais elles sont si rares qu’il est presque improbable de les voir appliquer. Selon vous, combien de Mexicains acceptent chaque année un titre de noblesse provenant d’un pays étranger ? Car c’est l’une des rares actions qui entraînerait la perte de la nationalité de quelqu’un. Il n’est pas nécessaire de passer de plus de temps à trouver une réponse. Le fait est que si vous êtes né mexicain, vous mourrez mexicain.

    Les citoyens japonais ne jouissent pas du même luxe. Selon la loi japonaise, une personne née avec une double nationalité devra choisir l’une d’elles à l’âge de 22 ans. Cela peut être une décision très lourde pour une personne aussi jeune. Après tout, la plupart des gens obtiennent leur diplôme universitaire à cet âge, ce qui signifie qu’ils vont commencer à faire tout ce que l’on considère être comme des décisions “d’adulte”. Ne nous leurrons pas, nous savons bel et bien que le paiement de taxes n’a pas d’égal en matière de rites de passage.

    En y réfléchissant, il est logique que le gouvernement japonais laisse cette décision à 22 ans. Puisque tout le monde entre dans le monde adulte, pourquoi ne pas s’occuper au plus tôt de tout ce qui relie les gens à leur enfance ? Le problème est que franchir cette étape ne s’avère pas toujours aussi facile. La recherche d’emploi est stressante, et la vue du grand nombre d’étudiants allant d’entreprise en entreprise pour passer différentes interviews n’aide pas spécialement et va s’en cesse remémorer l’échéance du processus pour ceux qui ont déjà un emploi.

    Cerise sur le gâteau, travailler n’est pas toujours gratifiant. Demandez simplement aux millions de travailleurs japonais qui doivent faire des heures supplémentaires et aller boire après. Ne serait-il pas plus logique de laisser les gens prendre cette importante décision de choisir si oui on non ils désirent conserver leur citoyenneté japonaise après avoir eu un bon aperçu de la vie d’adulte ? Bref, revenons à nos moutons.

    C’est ce qui nous amène à Naomi Osaka, la jeune athlète japonaise qui a grimpé en flèche après avoir remporté l’US Open en 2018 contre Serena Williams. Naomi Osaka est une excellente joueuse de tennis. Ses compétences, alliées à ses exploits et à sa personnalité terre-à-terre, en ont fait une célébrité incroyablement populaire au Japon.
    Juste en 2017, tous les trains présentaient des annonces avec vos célébrités habituelles: Mizuhara Kiko, Rola, Nishikori Kei, les membres d’Arashi, entre autres. En 2019 cependant, vous verrez maintenant Osaka Naomi partout où vous vous tournerez. Peut-être que les publicités que l’on voit le plus se trouvent dans les pharmacies, où Anessa, une crème solaire de Shiseido destinée aux sportifs et aux sportifs, présente de nombreux stands présentant Naomi Osaka.

    Le Japon aime Naomi, personne ne peut le nier.

    Néanmoins, en 2019, juste après avoir remporté l’Open Pan Pacific et l’Open de Chine, Osaka a dû faire face à ce que de nombreux autres citoyens japonais à double nationalité sont confrontés. Quelque chose que le public et les médias attendaient. L’anniversaire d’Osaka tombe le 16 octobre et en 2019, elle allait avoir 22 ans. L’échéance approchait et Naomi Osaka devait prendre une décision.
    Le 11 octobre, Osaka a choisi sa citoyenneté japonaise.

    Dès que la nouvelle a été annoncée, les gens ont commencé à laisser des commentaires sur divers sites Web pour exprimer leurs opinions. Certains d’entre eux ont condamné la décision, affirmant que Naomi Osaka ne serait jamais reconnue comme un véritable individu japonais en raison de sa mixité et qu’Osaka ne serait pas heureuse de vivre au Japon à l’avenir.

    Des commentaires comme ceux-ci ne sont pas rares de nos jours, et je trouve que le tumulte est simplement idiot. Naomi Osaka pourrait avoir un million de raisons de choisir sa nationalité japonaise ou n’en avoir qu’une. Ce n’est pas de notre ressort. Peu importe si elle pense à ses perspectives d’avenir au Japon, où elle peut y accumuler beaucoup de yens en raison des nombreux parrainages résultant de son statut de célébrité. Peu importe si elle prend cette décision car elle est née au Japon. Peu importe si cette décision découle de la volonté de participer aux Jeux olympiques de Tokyo en 2020 pour représenter le Japon. Rien n’a d’importance. La décision d’Osaka n’appartient qu’à elle.

    Le ton de ceux qui sont satisfaits du contenu ou mécontents de la décision d’Osaka est aussi empreint de patriotisme. Beaucoup avaient considéré ce moment comme une sorte de concurrence entre le Japon et les États-Unis, même si l’ensemble du processus et le résultat étaient fondamentalement la décision personnelle d’Osaka. Choisir une nationalité plutôt qu’une autre ne constitue pas un manque de respect pour le pays qui n’a pas été choisi. C’est aussi ironique que les gens se permettent de pouvoir parler au nom des meilleurs intérêts de Naomi Osaka en évoquant les problèmes raciaux du Japon… Comme si les États-Unis n’en avaient pas.

    Une décision comme celle-ci n’est jamais prise à la légère, les personnes qui doivent prendre cette décision passent souvent de nombreuses heures au cours des ans à réfléchir à ce qu’elles vont faire; et leur choix final est le leur et seulement le leur. La même chose peut être dite pour Naomi Osaka. Elle contrôle sa vie et sa carrière, et c’est sa décision.

    Naomi Osaka continuera de dominer le tennis. Elle est déjà l’une des plus grandes représentantes du sport et sa carrière n’en est qu’à ses débuts. Sa rivalité avec Bianca Andresscau pourrait même devenir l’une des plus grandes rivalités de tous les temps. Que sa nationalité soit japonaise ou américaine n’a pas d’importance. Elle a son propre héritage, et sa décision restera la bonne.

    *Featured Image de Naomi Osaka (naomiosaka) sur Instagram
    : Naomi Osaka/